Os pariétal

Les os pariétaux sont deux os du crâne qui, lorsqu’ils sont réunis au niveau d’une articulation fibreuse, forment les côtés et le toit du crâne. Chez l’homme, chaque os est à peu près de forme quadrilatérale et a deux surfaces, quatre bordures et quatre angles. Il est nommé du latin paries (-ietis), mur.

Surfaces

Externe

La surface externe est convexe, lisse et marquée près du centre par une éminence, l’éminence pariétale (tuber parietale), qui indique le point où l’ossification a commencé.

Traversant le milieu de l’os dans une direction arquée se trouvent deux lignes courbes, les lignes temporales supérieure et inférieure; le premier donne l’attachement au fascia temporal, et le second indique la limite supérieure de l’origine musculaire du muscle temporal.

Au-dessus de ces lignes, l’os est recouvert d’une couche dure de tissu fibreux – l’aponévrose épicrânienne; au-dessous d’eux, il fait partie de la fosse temporale et permet l’attachement au muscle temporal.

A l’arrière et près du bord supérieur ou sagittal se trouve le foramen pariétal qui transmet une veine au sinus sagittal supérieur, et parfois une petite branche de l’artère occipitale; il n’est pas constamment présent et sa taille varie considérablement.

Interne

La surface interne est concave; elle présente des dépressions correspondant aux circonvolutions cérébrales, et de nombreux sillons (sillons) pour les ramifications de l’artère méningée moyenne; ces derniers vont vers le haut et vers l’arrière à partir de l’angle sphénoïdal et de la partie centrale et postérieure du bord squameux.

Le long de la marge supérieure se trouve une rainure peu profonde qui, avec celle du pariétal opposé, forme un canal, le sulcus sagittal, pour le sinus sagittal supérieur; les bords du sulcus permettent l’attachement à la falx cerebri.

Près de la rainure se trouvent plusieurs dépressions, mieux marquées dans les crânes des personnes âgées, pour les granulations arachnoïdiennes (corps pacchioniens).

Dans la rainure se trouve l’ouverture interne du foramen pariétal lorsque cette ouverture existe.

Limites

Le bord sagittal, le plus long et le plus épais, est denté (a des saillies en forme de dent) et s’articule avec son compagnon du côté opposé, formant la suture sagittale.
La bordure frontale est profondément dentelée et biseautée aux dépens de la surface extérieure au-dessus et de l’intérieur en dessous; il s’articule avec l’os frontal, formant la moitié de la suture coronale. Le point d’intersection de la suture coronale avec la suture sagittale forme une forme en T et s’appelle le bregma.
La frontière squameuse est divisée en trois parties: parmi celles-ci:
la partie antérieure est mince et pointue, biseautée aux dépens de la surface extérieure, et recouverte par la pointe de la grande aile du sphénoïde;
la partie médiane est cambrée, biseautée aux dépens de la surface extérieure, et recouverte par l’écusson du temporal;
la partie postérieure est épaisse et dentelée pour l’articulation avec la partie mastoïde du temporal.
Le bord occipital, profondément denticulé (finement denté), s’articule avec l’os occipital, formant la moitié de la suture lambdoïde. Ce point où la suture sagittale croise la suture lambdoïde est appelé le lambda, en raison de sa ressemblance avec la lettre grecque.

Angles

L’angle frontal est pratiquement un angle droit, et correspond au point de rencontre des sutures sagittale et coronale; ce point est appelé le bregma; dans le crâne fœtal et pendant environ un an et demi après la naissance, cette région est membraneuse et s’appelle la fontanelle antérieure.
L’angle sphénoïdal, mince et aigu, est reçu dans l’intervalle entre l’os frontal et la grande aile du sphénoïde. Sa surface interne est marquée par une rainure profonde, parfois un canal, pour les divisions antérieures de l’artère méningée moyenne.
L’angle occipital est arrondi et correspond au point de rencontre des sutures sagittales et lambdoïdales, point que l’on nomme lambda; chez le fœtus, cette partie du crâne est membraneuse et s’appelle la fontanelle postérieure.
L’angle mastoïde est tronqué; il s’articule avec l’os occipital et avec la partie mastoïde du temporal, et présente sur sa surface interne une large rainure peu profonde qui loge une partie du sinus transverse. Le point de rencontre de cet angle avec la partie occipitale et mastoïde du temporal est appelé l’astérion.
Ossification [modifier |
L’os pariétal est ossifié dans la membrane à partir d’un seul centre, qui apparaît à l’éminence pariétale vers la huitième semaine de la vie fœtale.

L’ossification s’étend progressivement de manière radiale du centre vers les marges de l’os; les angles sont par conséquent les dernières parties formées, et c’est ici que les fontanelles existent.

Parfois, l’os pariétal est divisé en deux parties, supérieure et inférieure, par une suture antéro-postérieure.

Chez d’autres animaux [modifier |
Chez les vertébrés non humains, les os pariétaux forment généralement la partie arrière ou centrale du toit du crâne, se trouvant derrière les os frontaux. Chez de nombreux tétrapodes non mammifères, ils sont bordés à l’arrière par une paire d’os postpariétaux qui peuvent se trouver uniquement dans le toit du crâne ou s’incliner vers le bas pour contribuer à l’arrière du crâne, selon l’espèce. Dans le tuatara vivant et de nombreuses espèces fossiles, une petite ouverture, le foramen pariétal, se trouve entre les deux os pariétaux. Cette ouverture est l’emplacement d’un troisième œil dans la ligne médiane du crâne, qui est beaucoup plus petit que les deux yeux principaux. [1]

Dans les dinosaures [modifier |
L’os pariétal est généralement présent à l’extrémité postérieure du crâne et se trouve près de la ligne médiane. Cet os fait partie du toit du crâne, qui est un ensemble d’os qui recouvrent le cerveau, les yeux et les narines. Les os pariétaux entrent en contact avec plusieurs autres os du crâne. La partie antérieure de l’os s’articule avec l’os frontal et l’os post-orbitaire. La partie postérieure de l’os s’articule avec l’os squamosal, et moins fréquemment l’os supraoccipital. Les volants du cou supportés par l’os des cératopsiens étaient formés par des extensions de l’os pariétal. Ces volants, qui surplombent le cou et dépassent le reste du crâne, sont un trait diagnostique des cératopsiens. Les dômes du crâne reconnaissables présents chez les pachycéphalosaures ont été formés par la fusion des os frontaux et pariétaux et par l’ajout d’épais dépôts d’os à cette unité.

Voir également

Terminologie osseuse
Termes relatifs à la localisation anatomique
Lobe pariétal

You cannot copy content of this page